Divers Archives - TBCRM
Tél. : 05 56 34 79 59|contact@tbcrm.fr

Divers

Un peu de distraction dans ce monde de brutes

5bda1f566e229da290b6ac2069a92954_970_587_640_387

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces photos proviennent d’un concours de photo annuel sur  Comedy Wildlife Photography. Vous trouverez d’autres photos sur le site.

Ci-dessous les photos des finalistes 2017. C’est destiné à vous faire sourire mais c’est aussi une invitation à la conservation et la préservation de la faune.

eb10be0648da3d77a324867ba347fe9f_640_404_640_404 fb34c4feeafb59ae37eadaf34e6fa54b_990_660_640_427 081e9f75b6a7e86855f9f45334726277_990_660_640_427 63dd286e6eb65152cdf46697850b57d7_990_743_640_480 fdc5dfca4b6496d5557fc022eef395f0_927_566_640_391 63a2571bd07dc4c90f65cfdf535a91a1_990_978_640_632 33ea0c6b4817cc4760830ebb84d19e87_990_658_640_425 d6e7aac2fd9051778aa95f88e496453f_990_743_640_480 a0a7b0b51de8bae4da0b77f9d5129d13_990_660_640_427 5487c70cd7f42c7b7bba1d01719d255b_990_659_640_426 206e520265434c03253c8e6a37bc00d3_990_688_640_445 2a37305bdf584767d3b7082fbf7fa773_990_1485_640_960 d02a242ff86f2c73ad2cdeff177b648d_990_1485_640_960

 

 

 

 

Par |novembre 16th, 2017|Divers, Non classé|Commentaires fermés sur Un peu de distraction dans ce monde de brutes

Vacances on oublie tout, surtout le travail !

C’est l’été, vous comptez les jours qu’il vous reste avant de quitter votre bureau pour 3 semaines de vacances intenses. Impatient de partir ? Comme dans la chanson de Bibi Flash : « bye bye les galères, on va changer notre atmosphère », mais avant ça, il va falloir boucler vos dossiers ! Pour être sûr de ne rien oublier, voici une petite to-do-list pour un départ serein et des pieds en éventails :
travail-crm

1. Prévenir vos collègues…

Imaginez la panique quand Martine se rendra compte que vous n’êtes pas là Lundi 9h. Martine va alors vous appeler en urgence pour savoir si vous êtes morte. Alors pour éviter que coup de fil de Martine lors de votre premier jour de vacances (ainsi que la panique de tous vos collègues), prévenez-les de votre départ en congés, rappelez leur aussi la date de votre retour et surtout, blaguez sur le fait que vous serez totalement injoignable et partez serein !

2. Confier les urgences à quelqu’un de confiance

Malheureusement, les urgences ne concernent pas seulement les dirigeants de multinationales. Si Martine a une urgence concernant un dossier que vous traitez, il faudra qu’elle puisse mettre la main dessus. Pour cela, il est important de confier les dossiers à risque et les urgences potentielles à Martine ; vous partirez plus apaisé et moins stressé !

3. Ranger votre bureau

3 raisons de ranger votre bureau, encore plus si vous n’êtes pas la :

  • l’entreprise continue de fonctionner même quand vous êtes absent. Pensez donc à Martine qui verra ce désordre passif tous les jours…
  • faites le tri avant votre départ, donc vous reviendrez donc structuré et moins dépaysé le jour de votre reprise,
  • en faisant ce rangement, vous êtes aussi sûr de ne rien oublier : tasse à café sale (super l’accueil au bout de 3 semaines de vacances !), biscuits ou sandwich dans votre tiroir (bombe à retardement nauséabonde pour Martine…).

4. Rédiger un bon e-mail automatique d’absence

Le meilleur moment pré-vacances : le mail automatique.
L’objectif de ce mail est clair : signaler que vous n’êtes pas joignable (utile, surtout en cas d’urgence). Dans ce cas là, il faut donner toutes les informations importantes liées à vos vacances dans votre email automatique :

  • La date de votre retour (pour que Martine sache si elle doit gérer l’affaire toute seule ou non…)
  • Une mention indiquant que vous ne lirez pas vos mails d’ici là (une manière polie de dire à Martine qu’il est inutile qu’elle vous écrive)
  • Indiquez le nom et les coordonnées d’un(e) collègue qui peut traiter une urgence à votre place (en l’occurence ici : Martine).

5. Tout boucler avant de partir

En général, la dernière semaine de boulot avant les congés est très chargée. Vous avez procrastiné pour pas mal de choses et vous êtes à la fois impatient de partir en vacances. Pour résumer vous êtes complètement débordé. Mais pas de panique ! Vous arrivez à tout boucler le jour-J, 5 minutes avant la fin de la dernière journée. Il vaut mieux si vous ne voulez pas penser à ce foutu dossier inachevé pendant toutes vos vacances.

6. Faire la to-do-list de votre retour

Lorsqu’on est en plein rush, on se rappelle de tous les petits détails auxquels il faut penser. Mais après 2 ou 3 semaines de repos ?
Alors pour éviter d’oublier ces petits détails : to-do-list post-vacances ! A votre retour, cette liste vous aidera à vous remettre dans le bain doucement, tout en étant efficace. Vous n’oublierez aucun rendez-vous, aucune personne à contacter, aucun objectif à vérifier, …
Conseil de TBCRM : mettez-vous des alertes grâce à notre CRM !

7. S’obliger à déconnecter complètement du travail

Le travail, on y passe parfois 9h ou plus par jour. Même en étant en vacances, il est normal d’y penser…!

Alors pour éviter de vous en soucier et vraiment déconnecter du travail, on ferme sa boîte mail (et on ne l’ouvre sous aucun prétexte !), on ne répond pas aux appels téléphoniques de Martine (en cas d’urgence, elle laissera un message…) et on se concentre sur ses vacances !
Farniente et citronnade sont vos seuls mots d’ordre. PRO-FI-TEZ !!!

 

Par |juillet 23rd, 2017|Divers|Commentaires fermés sur Vacances on oublie tout, surtout le travail !

PCi soutient le projet étudiant My Coaliffe

My coaliffe

My Coaliffe, c’est l’histoire de 6 étudiants réunis autour d’un projet : créer une entreprise fictive et en développer les sites internet marchand (boutique) et non-marchand (blog).

La finalité de projet ? Qu’il soit réaliste, mais surtout que les sites soient bien référencés sur internet.

L’enjeu du concours de référencement Coaliffe :
– 6 équipes sont en compétition,
– ils sont tous distributeurs de café (marques inventées par chaque équipe),
– chaque équipe dispose de sa boutique web et de son blog,
– mots clés spécifiques à référencer (café = coaliffé, dosettes = dokettes) sinon ils seraient confondus parmi les marques déjà existantes (type Nespresso, déjà bien référencé sur le terme « café ») et il serait donc impossible d’évaluer la pertinence du référencement.

Le résultat ? Lors d’une recherche internet avec les mots clés spécifiques, les équipes apparaissant dans les premières pages du moteur de recherche utilisé gagnent le concours.

Pourquoi PCi soutient ce projet ?

– Car nous savons qu’il est difficile aujourd’hui de créer son entreprise sur des marchés parfois saturés
Les créations d’entreprises ne cessent d’augmenter, certes, mais malheureusement beaucoup d’entres elles sont obligées de déposer le bilan quelques années plus tard, par manque d’outils de gestion et de rentabilité.
PCi souhaite donc encourager de jeunes étudiants à évaluer les enjeux de la création d’entreprise et qu’ils en comprennent les démarches lors de ce projet fictif.

– Créer et référencer son site Internet est une chose compliquée car beaucoup de sites sont déjà référencés
Quasiment toutes les entreprises existantes aujourd’hui possèdent leur propre site internet. Mais beaucoup d’entres elles n’arrivent pas à augmenter leur visibilité sur le web et peuvent donc rester dans l’inconnu, faute de sites concurrents mieux référencés.

Alors si vous aussi vous voulez soutenir le projet My Coaliffe et participer à son référencement :

Venez visiter leur site

www.coaliffe-cafe.fr

PCi souhaite bonne chance à ces futurs professionnels du web !

Par |avril 21st, 2017|Divers, Social|Commentaires fermés sur PCi soutient le projet étudiant My Coaliffe

WeWork : créateur d’espaces partagés

WeWork, fondé en 2010, est une entreprise de services mettant à disposition des espaces de travail innovants et actuels, une communauté et des prestations pour un réseau de créateurs.

Installé dans 21 villes aux Etats-Unis, WeWork s’est implanté aussi dans le reste du monde : France, Australie, Argentine, Brésil, Canada, Chine, Allemagne, Royaume-Uni, Hong-Kong, Israël, Inde, Corée du Sud, Mexique et Pays-Bas.
Fort de ce déploiement, WeWork s’est fait un nom dans son secteur ce qui a permit de nombreuses levées de fonds : 6,85 millions de dollars en 2012, 355 millions de dollars en 2014, 400 millions de dollars en 2015 et enfin 430 millions de dollars en 2016.

La société, ayant déjà levé en moyenne 400 millions de dollars chaque année, cumule déjà un total de 1,4 milliards de dollars d’investissements.

wework-paris

Mais WeWork ne s’arrête pas là !

Déjà présent dans près de 50 villes, WeWork compte bien accélérer son développement en Asie avec un nouvel investisseur – SoftBank – qui se dit prêt à investir 4 milliards de dollars, somme record pour une telle levée de fonds. Il devrait tout d’abord injecter 2 milliards de dollars, suivi de 1 milliard puis de 1 milliard. De ce fait, plusieurs investisseurs du digital ou de l’immobilier s’intéressent de près à la montée en puissance de WeWork.

Chaque espace que WeWork a pu ouvrir est doté de bureaux privés (de 1 à 100 personnes), d’espaces partagés stimulant la créativité ainsi que des services avantageux (boissons gratuites, cabines téléphoniques isolées, …).
En arrivant en France, WeWork séduit grâce aux attentions toutes particulières qu’il porte à ses clients et domiciliés : tables de billards, ping-pong ou encore en facilitant les manucures, les massages, les cours de yoga… Le dernier centre ouvert à Paris est situé à Lafayette dans un immeuble art déco.
Positionné comme une marque, WeWork promet une ascension mondiale déjà bien entamée !

 

wework-paris

 

Par |mars 22nd, 2017|Divers, Social|Commentaires fermés sur WeWork : créateur d’espaces partagés

Pour vous éblouir en ce temps morose…

 

Gagnants du Siena International Photography Awards

Affiche Siena
Ce concours photo est l’une des compétitions qui comporte le plus de participants. Avec une portée internationale, il permet de récolter 50 000 photographies de 130 de pays.

De ce fait, Sienne est reconnue comme une ville fondamentale de la photographie.

Par |novembre 9th, 2016|Divers|Commentaires fermés sur Pour vous éblouir en ce temps morose…